LA PREMIÈRE PAGE DE MON NOUVEAU ROMAN

 

 

Blevillage-perduientôt, ils viendront.

Marcel espérait qu’une fois les derniers traitements de la vigne effectués, ils viendraient. Il l’espérait. Vraiment ! Il ne pouvait effacer de son esprit les images délicieuses d’une magnifique soirée d’août, elles s’imposaient sans cesse, l’obsédaient.

Comme les autres jours, il s’était levé aux premières aquarelles posées sur l’horizon, avait avalé un café insipide, celui-là même qu’il buvait depuis sa prime jeunesse, lorsque ses anciens étaient encore de ce monde. Puis après avoir préparé le sarrou[1] de midi, il avait enfourché sa vieille bicyclette et s’était rendu dans la garrigue, selon une routine jamais démentie. Jamais ? Pas exactement, car depuis quelques jours, il s’arrangeait pour partir beaucoup plus tard au travail et en revenait beaucoup plus tôt. Il prétextait que les souches pouvaient se débrouiller toutes seules, mais à Villenave personne n’était dupe. Aucun des habitants n’ignorait qu’il changeait ses habitudes parce qu’il attendait fiévreusement « leur » arrivée.

D’un chiffon mouillé d’eau savonneuse, il faisait alors disparaître les traces de bouillie bordelaise qui s’accrochaient à son visage et à ses bras…

[1] Sac qui contient les repas du travailleur

Publicités

A propos raygral

Juste un auteur de romans qui a la chance de vivre de sa plume. Juste un amoureux des mots. Et de la vie...
Cet article a été publié dans En vrac. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s