Le temps des salons, des dédicaces, une réédition…

Un travail réglé et des victoires après des victoires, voilà sans doute la formule du bonheur (Alain)

De nouveaux livres… Les « Bûcher » nouvelle édition et les « Lauriers » sont arrivés. Je vais enfin pouvoir faire ronfler mon moteur à plein régime.

Miracle, couronne de saint Jean… Devant les difficultés rencontrés pour terminer le Miracle, j’envisage de sortir des cartons la couronne de saint Jean, un terroir écrit depuis plusieurs années. Il s’agit d’une enquête menée par Marie, une jeune fille de la campagne, sur fond de jalousie et d’amitié. Dans tous les cas, je sortirai une nouveauté dès le mois de novembre… promis… (fin novembre). Mais le Miracle n’a pas dit son dernier mot.

Font-Romeu… Le salon de Font-Romeu est désormais un rendez-vous traditionnel pour l’édition départementale (et parfois régionale). TDO y était présent. Malgré un emplacement excentré et très loin des autres éditeurs (mais ça aussi c’est une tradition), nous avons tiré notre épingle du jeu. Pourtant la fréquentation de la Cerdagne en cette époque de mauvais temps et de tour de France, n’était pas au mieux. Précédemment (le vendredi et le samedi), nous avons dédicacé à Égat (super U). Belle ambiance, accueil chaleureux et bonnes ventes.

Prats-de-Mollo… sera notre prochain rendez-vous… Annie organisatrice de ce salon (le préféré de TDO), nous a fait l’honneur et la joie de nous rejoindre à Font-Romeu. Mais très bientôt, au cours du premier week-end d’août, ce sera à elle d’officier. Nous y serons d’autant plus que ce salon sera pour nous un bon salon. En effet, éditeurs du  recueil de nouvelles de l’atelier d’écriture du village (animé par Michel Llory), nous y arrivons avec déjà une centaine de commandes. Un salon réussi d’avance !

En demi-teinte… Le mois de juillet touche à sa fin, et fidèles à notre habitude, nous signons à tour de bras. Qui a dit : travailler plus pour gagner plus ? Nous, c’est travailler beaucoup plus pour gagner un tout petit peu plus… Au final, nous ne nous en tirons pas mal du tout, mais en augmentant sensiblement le nombre de dédicaces… Le résultat est quand même là. Personnellement, à ce jour, je suis encore en avance de 130 livres sur l’année dernière. Affaire à suivre !

Un salon très modeste… Pampelonne (Tarn) nous a reçus pour sa 7e édition du livre et de la gourmandise. Le moins que l’on puisse dire, est que ce fut d’un calme olympien. La première soirée s’avéra positive grâce à la dégustation organisée par la municipalité, des vins de Fronton et aux rencontres amicales. Mais le salon par lui même nous a surpris par son manque de fréquentation. Peu de ventes et un coup de chaud monumental. Heureusement il s’agissait pour nous, Danielle et moi, de la fin d’une semaine de vacances. Point positif : découverte d’une région jusqu’ici ignorée.

Des dédicaces en veux-tu en voilà ! L’été est la saison la plus prolifique pour les vendeurs de livres dans notre genre. Traditionnellement, nous vendons énormément en contact direct. Espérons que cela sera encore une fois le cas. 53 dates sont inscrites à mon calendrier. Autant dire que j’achéverai l’été sur les rotules.

Des débuts pas sympas… Les premières dédicaces de l’été, plus difficiles que celles de la saison passée, promettent un rude combat. Si je veux maintenir le cap de l’été dernier, il me faudra cravacher ferme. Mais on n’est qu’au début. On verra bien !

De bons retours pour Fukushima, mais des difficultés pour lui trouver un public. Autant les lecteurs qui se sont signalés paraissent ravis, autant il est difficile pour moi, auteur de terroir, de proposer un livre si éloigné de mon registre habituel.  Actuellement, il est en lecture chez un grand écrivain Japonnais… l’espoir demeure… et le rêve également…

Les lauriers vont changer de look. Pour la 4e fois, ce roman de terroir qui a connu un immense succès va se relooker. En effet, il sera le premier livre de la collection « Terroir du Sud » dans sa version re visitée.

L’utilité du geste… En littérature, les mots ont la place principale. Surtout lors des conversations entre les personnages. Mais parfois, un geste vaut des quantités de mots… ex : « Il s’apprêtaient à partir. Elle leva un bras et agita doucement la main… » On devine qu’elle leur dit au revoir. N’hésitez pas à utiliser les gestes pour remplacer les mots. Vos textes s’en trouveront mieux, assurément. N’en abusez pas, bien sûr !

Publicités

A propos raygral

Juste un auteur de romans qui a la chance de vivre de sa plume. Juste un amoureux des mots. Et de la vie...
Cet article a été publié dans En vrac. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s