Un autre salon, des rencontres, un livre à terminer…

Ce qu’on n’a pas, ce qu’on n’est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir et de l’amour (Platon).

Orthez… Le salon d’Orthez, inconnu pour nous, ouvrait ses portes vendredi, samedi et dimanche, dans la salle mythique qui a connu les heures glorieuses du basket local (champion d’Europe). La question du jour était : combien de visiteurs. Le vendredi, nous nous sommes retrouvés seul éditeur généraliste au milieu de 1700 gamins, et de nombreux éditeurs jeunesse. Autant dire que ce fut le grand calme au niveau des ventes. Cela nous a permis de nous évader tôt, et d’aller passer une belle soirée à Biarritz, ancien fief de Benjamin. Le samedi, malgré une pluie incessante, un petit public s’est pressé sous la vaste halle. Il a fallu toute notre expérience de dédicaceurs pros pour tirer convenablement notre épingle du jeu. Le dimanche, sous des trombes d’eau (les mêmes qu’à Perpignan d’ailleurs), nous avons tenté de transformer l’essai. Au total, un salon correct mais trop coûteux (3 nuits et autant de repas).

L’accueil Béarnais… C’est le gros point positif ! Les organisateurs nous ont très bien reçus, et il a été très facile de sympathiser, même si l’accueil du public n’a pas été aussi chaleureux. Là-bas, pas de star système, tout le monde reste à sa place. Pour le reste, notre séjour à la chambre d’Hôtes Léchémia, a été très agréable (voir ci-dessous).

Rencontres… D’abord furtive avec Marcel Amont, Béarnais d’origine, qui venait dédicacer son livre. Puis contact très positif avec Jacqueline, une Dame très impliquée dans la défense de la région de Lourdes, et amie de Paolo Coelho. J’ai retrouvé en elle la Guillotte, un des personnages importants de mon roman : « Les Bûchers du Paradis » On se reverra… sans doute…

Cathares et Templiers… Si l’on en juge par les ventes, ce sont les sujets que les Béarnais semblent affectionner le plus. En effet, ces deux livres (les bûchers du paradis et le procès des templiers) sont les plus grosses ventes du week-end. Bien sûr le Grand Héritage de Benjamin et Font-Clare n’ont pas été en reste.

Biarritz… Je n’avais jamais été à Biarritz. L’erreur a été corrigée vendredi soir, où, bénéficiant de quelques heures libres, nous avons  rallié l’océan. Un vrai bonheur ! Belle ville, temps clément, petit repas de poissons bien agréable.

Rencontre avec un de nos imprimeurs… C’est avec bonheur que nous avons mis des visages sur les voix de certains responsables d’ICN, notre imprimerie installée à Orthez. Nous avons été leurs invités pour un agréable repas dans un restaurant côté de la ville. Nous saurons enfin qui sont ces personnages que l’on bouscule souvent et à qui l’on met la pression. Sympathiques !

Léchémia : un joli séjour. Ce week-end de salon à Orthez nous a permis de rencontrer Hélène, la fée de la chambre d’Hôtes léchémia, à Salies de Béarn. Ce lieu magnifique et parfaitement sauvegardé, nous a séduits par son confort, sa situation, le calme qui l’entoure, et l’excellence de sa table. Quant à l’hôtesse, gentiment présente, elle a su nous recevoir avec douceur. Et professionnalisme. Elle a même accepté de garder quelques uns de nos livres en dépôt.

La Face cachée d’Emile Lafont… n’a guère avancé au cours de ces 3 jours. Dommage, car les heures comptent. La sortie est obligatoire pour la fin novembre, soit dans 1 mois et demi. Dès ce soir, je rattaque.

Prochain salon : Lyon… C’est dans 3 semaines que nous nous rendrons à Lyon pour le salon national des éditions Régionales : « Place aux livres ». Une habitude bien installée désormais. En général un bon salon où l’on retrouve quelques éditeurs de la région Languedoc Roussillon.

Dédicaces… Mercredi dernier, c’était l’Inter de Cabestany qui nous recevait, ce mercredi ce sera au tour du Leclerc du Boulou. Killer et moi tenterons une nouvelle fois de séduire le public local. A suivre donc…

Personnalisez, personnalisez… La personnalisation est la démarche stylistique qui conduit à rendre humains des concepts ou des objets qui ne le sont pas à l’origine. Ex : « Je restai là, hébété, avec la vérité comme seule compagne… » Dans cette phrase, l’auteur personnifie la vérité, comme s’il voulait montrer la proximité qu’il entretient avec elle.  

Publicités

A propos raygral

Juste un auteur de romans qui a la chance de vivre de sa plume. Juste un amoureux des mots. Et de la vie...
Cet article a été publié dans En vrac. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un autre salon, des rencontres, un livre à terminer…

  1. Jacqueline dit :

    Hello Gérard
    C’est toujours avec plaisir que je lis ton blog. Nouvelles fraiches de compagnons de route professionnelle et amis.
    Venez-vous à Cazouls pour la réunion de la commission salons???
    Votre salons à Orthez m’interesse pour 2011 si Dieu nous prête vie.
    Ce week-end nous étions à Argeles. Nous avons pris le « train » en route après Rivesaltes (très sympa mais très moyen coté ventes) mais le pompon revient à Argelès, il est vrai pénalisé par ce temps de m… qui rempli les piscines et les nappes phréatiques. Bref pour Argelès nous étions tous les deux le samedi, mais le dimanche Le Grand Yéti m’a donné congé. Voilà les dernières nouvelles de part chez nous.
    Bisous et
    A bientôt ici sur nos terres cazoulines ou à Lyon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s